Startupfest 2024: La! ici et maintenant

Publié le 14 déc. 2023

Nous vivons en accéléré.

Dans presque tous les domaines, nous dépassons chaque jour les limites scientifiques. Les algorithmes transforment chaque humain en développeur, en artiste, en musicien et en poète, tout en nous amenant à nous interroger sur notre place dans le monde. Nous pouvons littéralement demander à une IA de nous fabriquer de l'ADN, puis de le faire séquencer dans un laboratoire, sans quitter notre bureau. Nous pouvons retrouver nos repères n’importe où dans le monde. Nos désirs sont à portée de main, de clic ou de «swipe». Nous pouvons apprendre n’importe quoi, gratuitement, auprès des meilleurs au monde. C'est la meilleure des époques.

Nous vivons dans un grand effondrement.

À presque tous les égards, la pérennité de notre espèce est remise en question. Les guerres font rage face à la menace imminente des armes biologiques et des drones autonomes. Les calottes glaciaires se fissurent, les villes sont inondées, la production agricole s’effondre. Les maladies se répandent dans le monde entier du jour au lendemain. L’éducation et les soins de santé sont en chute libre. Les droits de l’homme et l’espérance de vie sont, pour la première fois depuis des décennies, en recul.  Nous nous sommes déplacés en ligne, mais nous passons nos soirées à tirer sur les avatars de personnes situées à l’autre bout du monde alors que nous ne connaissons nos voisins que par des salutations aléatoires dans les couloirs, quand nos livraisons Uber coïncident. C'est la pire des époques.

Les incroyables réalisations de la civilisation nous ont amenés à un point de bascule: Nous avons construit les outils nécessaires pour comprendre notre espèce à grande échelle, juste à temps pour constater les ravages que nous avons causés.  Nous n’avons jamais eu un besoin aussi urgent d’innovation. La bonne nouvelle, c’est que nous pouvons construire l’impossible. La mauvaise nouvelle, c’est que nous devons le faire immédiatement.

C’est pourquoi notre thème de 2024 est Là! ici et maintenant.

Être Là, ici, ce n’est pas seulement être présent, c’est aussi apprécier les personnes et les choses que nous côtoyons dans un monde plein de bruit et de désordre, afin de voir les choses telles quelles. Cela implique des liens authentiques et des faits de première main, plutôt que des idées abstraites et des vœux pieux. Cela implique de s’adapter en temps réel plutôt que de planifier à long terme en période d'incertitude. Cela implique de se concentrer sur ce que l’on a sous les yeux. Cela implique de ne pas se contenter de voir le canevas, mais de se rendre compte qu’on est le peintre. Et cela implique de l’authenticité pour établir de la confiance, attirer du talent et inspirer d’autres personnes à se joindre à la cause.

Être Là, maintenant n’est pas seulement une question de temps. Cela implique de reconnaître l’urgence des défis complexes et interconnectés auxquels nous sommes confrontés. Un proverbe chinois nous rappelle que «le meilleur moment pour planter un arbre était il y a 20 ans. Le deuxième meilleur moment, c’est maintenant». Là, maintenant, ça signifie aussi vivre dans le moment présent, plutôt que de regretter ce qui aurait pu être ou de trop penser à ce qui pourrait arriver.

Là, ici et maintenant, s’agit d'immédiateté. Les startups qui ont pu concentrer leur attention sur le présent et sur ce qui comptait le plus ont toujours eu l’avantage. Nous devons maintenant appliquer cette concentration et cette urgence à la société dans son ensemble, car les problèmes auxquels nous sommes confrontés sont redoutables et les solutions dont nous aurons besoin sont subversives.

Des problèmes vicieux

La plupart des problèmes se prêtent à l'expérimentation, c'est-à-dire qu'il est possible de contrôler certaines de leurs variables, de les soumettre à des tests fractionnés ou de mettre en place un groupe de contrôle. Le chercheur peut se détacher du problème et y réfléchir objectivement.

 


 

1 Un problème vicieux est difficile ou impossible à résoudre en raison d'exigences incomplètes, contradictoires et changeantes qui sont souvent difficiles à reconnaître. Le terme "vicieux" fait référence au degré de difficulté de la résolution du problème. Souvent, la résolution d'un aspect d'un problème vicieux en crée d'autres. Il a été formellement défini par Rittel et Webber dans un article de 1973 qui l'opposait aux problèmes résolubles. (https://en.wikipedia.org/wiki/Wicked_problem)

 

Mais il existe une catégorie de problèmes qui laissent les décisionnaires perplexes, parce qu’ils défient ces règles. C’est ce que l’on appelle des «Wicked Problems», que l’on peut traduire par des Problèmes vicieux1. Les défis de société tels que le changement climatique, la durabilité, la paix durable et la justice équitable relèvent tous de cette catégorie. Nous pourrions trouver une solution à ces problèmes, mais il est impossible de savoir ce qui se passera tant que le changement n’aura pas eu lieu. Pour aggraver les choses, les mesures incitatives du système existant sapent souvent les solutions potentielles.

C'est pourquoi les problèmes vicieux sont rarement résolus par une série de mises à niveau au coup par coup. Ils nécessitent au contraire une réorganisation complète du système, c'est-à-dire le remplacement intégral d'un système de gouvernement, d'un marché ou d'un réseau énergétique. Les problèmes auxquels nous sommes confrontés ne seront pas résolus par le système qui les a créés. Les bureaucraties sapent l'invention et les grandes organisations, réticentes à s'adapter et craignant de décevoir leurs actionnaires, font du lobbying contre le changement. 

Et pourtant, nous devons les résoudre, car comme le disait Adam Weishaupt dans The Revolution will be Televised, «C'est à nous de le faire. Personne ne viendra nous aider. Si nous ne faisons pas l'effort, personne d'autre ne le fera.» Nous devons faire face à ces problèmes, ici et maintenant, avec détermination et conviction, ou ils causeront notre ruine. Nous avons besoin de solutions nouvelles et inattendues, qui remettent en question le statu quo, détruisent les mythes sur ce qui est possible et réimaginent les entreprises et la société à partir de la base. Ces solutions viennent des startups, des innovateurs, des universitaires et des contestataires.

Renverser les normes

En 2001, Ivan Arreguín-Toft a publié un article dans International Security intitulé How the Weak Win Wars. Cette étude, popularisée par le livre David and Goliath de Malcolm Gladwell, explique comment une stratégie inattendue peut rendre la puissance d'un concurrent insignifiante.

L'auteur a examiné toutes les guerres déséquilibrées menées au cours des deux cents dernières années, c'est-à-dire celles où l'une des deux armées était beaucoup plus importante en nombre que l'autre. Sans surprise, il a constaté que le camp le plus faible perdait 72 % du temps. En revanche, lorsque les perdants attendus refusaient de se battre selon les conditions de leurs adversaires, ils gagnaient dans 64 % des cas. En ignorant les règles, mais aussi en les subvertissant activement, ils ont dérouté et surpassé des adversaires plus importants et mieux établis.

Subvertir vient du latin subvetere, «tourner par le bas». La subversion est bien plus qu'une tactique, c'est un état d'esprit. En effet, la définition canadienne du piratage informatique est la suivante : «subvertir l'objectif prévu d'un système informatique». Et la subversion peut être considérée comme le fait d'amener un système à se comporter d'une manière non voulue.

Les problèmes vicieux auxquels nous faisons face seront résolus en faisant fonctionner les systèmes existants de manières non intentionnelles. Cela signifie qu'il faut trouver des failles, dévoiler le folklore et bouleverser le statu quo. Cela signifie qu'il faut non seulement changer la façon de créer de la valeur, mais aussi la perception que la société a de la valeur. Les startups - agiles et capables de s'adapter, leurs modèles d'entreprise n'étant pas encore écrits - sont intrinsèquement subversives. Elles détiennent la clé des problèmes vicieux auxquels nous faisons face.

Une plateforme pour bâtir l'avenir, ici et maintenant

Le Startupfest a toujours été une plateforme d'apprentissage, de collaboration et de connexion. En tant que communauté de fondateurs, d'investisseurs et de conseillers du monde entier, nous avons l'occasion de nous unir et d'appliquer notre ingéniosité collective aux plus grands problèmes du monde. Il y a beaucoup de valeur à trouver en subvertissant les normes et en réglant les problèmes vicieux, bien sûr. Nous nous pencherons donc sur les énormes récompenses que les fondateurs et les investisseurs peuvent récolter lorsqu'ils débloquent de nouveaux marchés, construisent de nouveaux produits et créent de nouvelles sources de valeur.

En fin de compte, le Startupfest 2024 est axé sur l'immédiateté: un creuset qui brûle les distractions, nous aidant à nous concentrer sur les personnes, les problèmes et les idées qui comptent, ici et maintenant. Là.

Notification lors de la collecte Vos choix en matière de confidentialité